Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelques extraits de traductions

    Site Web d’une chaîne hôtelière

Prepare your tastebuds for the culinary ride of your life. Appetizers clearly come in all shapes and sizes. In Mexico, the caviar of choice is eggs of giant ants served in tacos and the pre-dinner snack is fried grasshoppers covered in a spicy sauce. And speaking of eggs, in China, baked worms with egg in a claypot can also be found. While not to disappoint, « shrimp on the barbie » just may be a cuisine of days gone by as today’s Australians are more inclined to serve ostrich carpaccio, crocodile, and kangaroo stew.

Préparez vos papilles à une expédition gastronomique comme elles n’en ont jamais connu. Commençons par les amuse-gueule ; vous en savourerez de toutes sortes et de toutes tailles. Au Mexique, les sauterelles frites à la sauce piquante constituent une denrée de choix, de même que les tacos garnis d’œufs de fourmi géante. En parlant d’œufs, c’est accompagnés d’asticots qu’ils se dégustent en Chine, le tout mitonné au four dans une marmite de terre. Quant aux Australiens, ils ont remplacé les crevettes grillées sur leurs traditionnels barbecues par le carpaccio d’autruche, le steak de crocodile ou le ragoût de kangourou.

    Encyclopédie multimédia
Article sur l’encre

The most permanent black ink is iron-gall ink, made by mixing an iron salt, usually ferrous sulphate, with a mixture of gallic acid and tannin in water. The iron combines with the gallic acid and tannin to form ferrous tannate. This compound has little colour when it is first applied to the surface of the paper, but, as the ink dries, the soluble ferrous tannate is oxidized by contact with the air and becomes insoluble ferric tannate, which is black. To aid users in seeing the trace of the unoxidized ink as they write, a dye, usually blue, is added to the liquid.

L'encre noire la plus persistante est l'encre au fer, qui s'obtient en ajoutant un sel de fer, en général du sulfate ferreux, à un mélange d'acide gallique et de tanin additionné d'eau. Le fer, l'acide gallique et le tanin se combinent pour former du tannate de fer. Ce composé chimique est peu coloré au moment de son application sur le papier ; mais, lorsque l'encre sèche, le tannate ferreux soluble s'oxyde au contact de l'air, pour se transformer en tannate ferrique insoluble, de couleur noire. Pour permettre aux utilisateurs de voir l'encre, non encore oxydée, quand ils écrivent, on la teinte habituellement en bleu.

Jeu de rôles

The xxx Destruction Unit is a bio-cybernetic creation of zzz Labs, famous for their cyberdogs. Standing well over seven feet tall, the xxxD unit weighs six hundred pounds and has three built in weapons: razor claws, sonic compressor beam, and spur projectiles. Considered highly unsable even by lax zzz standards, the xxxD units often go rogue and their ID Locators fail, leaving the general public at risk. While the xxxD units are capable of advanced abstract thought, the bio-neural implants are predominantly aggressive, and the cyborgs should be avoided whenever possible.

L’Unité de Destruction xxx est une création bio-cybernétique des Laboratoires zzz, célèbres pour leurs cyberchiens. D’une taille frisant les 2,20 mètres pour un poids d’environ 300 kilos, l’UD xxx dispose de trois types d’armes intégrées : compresseur à faisceau acoustique, flèches déchiqueteuses... et des « ongles » plus qu’acérés. Qualifiée d’extrêmement instable - y compris par le fabricant, pourtant peu enclin à l’exagération en la matière - l’UD xxx choisit fréquemment la voie de la délinquance. Elle constitue alors un véritable danger public, d’autant plus que les localisateurs-identifieurs équipant les UD xxx présentent souvent des défaillances techniques... L’UD xxx est tout à fait apte à des raisonnements d’une haute abstraction, mais ses implants bio-neuraux lui confèrent un comportement dominé par l’agressivité. C’est pourquoi il est vivement recommandé d’éviter autant que possible ce genre de créatures.

   Correspondance sur les statuts
   d’une organisation internationale

In common with other proposals contained in your summary the French/German submission calls for a strengthening of the Executive Committee, and a stricter application of the ‘one voting member per country’ rule. I agree that there needs to be greater clarification of the relationship between the General Assembly, which can be cumbersome and unwield, and therefore inefficient, and the Executive, which could indeed be the power-house of XXX. I do not agree however that there should be four meetings a year, in my view a costly and unnecessary enlargement of the organisation’s bureaucracy. Perhaps the Executive, equipped with clearer terms of reference could meet twice a year, preferably in Brussels, and oversee more closely the work of the Permanent Commision, or any new body appointed to replace the P.C. The Executive Committee could report on its work to the General Assembly each year, and provision could be made for an additional meeting of the Executive to co-incide with the G.A. if exceptional business matters require it.

En accord avec d’autres suggestions mentionnées dans votre récapitulatif, la proposition franco-allemande demande un renforcement du Comité exécutif, ainsi qu’une application plus stricte de la règle « un pays, une voix ». Il est sans aucun doute utile de clarifier les rapports entre l’Assemblée générale, dont la lourdeur de fonctionnement peut être cause d’inefficacité, et le Comité exécutif, qui pourrait effectivement constituer le principal organe du XXX. En revanche, il ne me semble pas souhaitable de prévoir quatre réunions par an, car cela constituerait, selon moi, un inutile et coûteux surcroît de bureaucratie. Peut-être le Comité exécutif, une fois ses domaines de compétence mieux définis, pourrait-il se réunir deux fois par an, à Bruxelles de préférence, et superviser de façon plus étroite les travaux de la Commission permanente ou de tout autre organe nouvellement créé pour remplacer cette dernière. Chaque année, le Comité exécutif rendrait compte de son action auprès de l’Assemblée générale ; si des questions d’importance exceptionnelle l’exigeaient, il pourrait être prévu une réunion supplémentaire du Comité exécutif, coïncidant avec l’Assemblée générale.

   Encyclopédie multimédia
Article sur la bande dessinée

On May 5, 1895, Richard Felton Outcault slipped a bald, flap-eared urchin into the wings of his crowded World drawing of tenement life. By early 1896, dressed in a yellow nightshirt, "The Yellow Kid" was taking centre stage and addressing readers in Irish slang scrawled on his gown. Outcault's cartoons were not comic strips, but the public's enthusiasm for his creation proved that colour comic sections could sell newspapers and encouraged more publishers to add their own.

For his Journal section, Hearst kidnapped "The Yellow Kid" by improving Outcault's salary. Pulitzer raised the stakes but Hearst went still higher. Pulitzer sued but won only the right to continue the feature with another artist, while Outcault could draw his character for Hearst. As their rivalry grew, the press barons' outrageous tactics came to be known after "The Kid" as "yellow journalism".

Le 5 mai 1895, Richard Felton Outcault, auteur, dans World, de dessins illustrant la vie d'un immeuble, ajouta à son bataillon de personnages un garnement chauve et aux oreilles en feuille de chou. Dès le début de 1896, « The Yellow Kid » s'accapara la vedette. Ce gamin interpellait le lecteur dans un argot mâtiné d'irlandais, griffonné sur sa chemise de nuit jaune. Les œuvres d'Outcault ne se présentaient pas sous la forme de bandes, mais l'enthousiasme du public pour cette nouveauté faisant grimper les ventes, d'autres quotidiens adoptèrent une rubrique de dessins en couleur.

C'est ainsi que Hearst kidnappa le Yellow Kid pour son Journal, en proposant un salaire plus élevé à Outcault. Pulitzer augmenta la mise, mais Hearst surenchérit. À l’issue d’un procès, Pulitzer n'obtint que le droit de continuer à représenter le protagoniste-vedette, dessiné par un autre artiste, tandis qu’Outcault et le Yellow Kid restaient chez Hearst. La rivalité entre les deux magnats de la presse ne fit qu’empirer, par le biais des stratégies les plus scandaleuses, désormais qualifiées de « journalisme jaune », du nom du petit personnage.

Écrit par L'autre jour Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.